Artistes en édition:

ERIC TOULIS
big_toulis_oreille
Vous savez "ASSEDIC" l'hymne de la paresse des temps modernes c'est lui ! (titre figurant dans la B.O des films américain s: "FRENCH KISS" en 1996 et "SOMETHING GOTTA GIVE" en 2004)
Après une signature chez Virgin , quatre albums et dix ans de tournées explosives au sein du groupe Les Escrocs , Toulis se produit désormais son nom propre.
En 2000 , en marge de l'aventure Escrocs , il enregistre avec la complicité de son ami Jean-Yves Lacombe à la contrebasse (membre du célèbre Quatuor) un premier album solo jubilatoire et très dépouillé : "Soyons bref !" (Mosaïc Music). S'en suivent de nombreux concerts / spectacles , en compagnie notamment de l'hilarant pianiste et comédien Alain Bernard (longtemps l'accolyte de Smaïn)
En 2006 , il brouille les pistes avec un deuxième album solo "Soyons classe" (ACTive Sound-Mosaïc Music) où il s'entoure cette fois , sa trompette à la main et toujours en chansons , de quelques pointures du Jazz , sa musique de prédilection. Brahim Haïouani est (depuis le début) à la contrebasse , Robby Ménière est à la batterie et Rémi Toulon est au piano. Jean-Claude Laudat à l'accordéon sur quelques titres.
A venir entre autre : "miam miam" un album à thème gastronomique et "Chansons peluches" petites farces pour les tous petits petits (sous le pseudo Henry Dèstroy?!)
© Photo D.Pallages

KOURY
koury
Il aborde la quarantaine avec son premier album solo... Paroles, musiques, chant, piano,guitare, clarinette, c'est lui qui "assure". Jusqu'à la conception et à la réalisation des visuels de l'album, la signature d'Hervé Koury s'impose. Les hasards et la passion... Ce pianiste reconnu pour ses qualités d'accompagnateur/arrangeur par de nombreux artistes dits "de la nouvelle scène française", (parmi lesquels Bénabar qui vient de l'inviter à chanter en première partie de quelques-uns de ses concerts) a commencé par la guitare. La guitare folk, dans les années 70, était très prisée des ados. Et, c'était un instrument "pas cher". La flûte à bec lui tombe sous les doigts par hasard, et il envisage le conservatoire avec la flûte traversière. Acte manqué, car la classe de flûte est complète. Il apprendra donc la clarinette. Après 5 ans de clarinette, un orgue de pacotille le séduit. Cela coïncide avec sa découverte de la Pop Music. Ici se situe sa rencontre avec Eric Toulis. Ils ne se quitteront plus, du lycée à diverses aventures Pop, dans lesquelles interviendra très vite le percussionniste Didier Morel (dit Mano). L'aventure de leur groupe "Les ESCROCS" s'officialisera avec la rencontre de Java Label en 93 (leur premier producteur phonographique). Signature chez Virgin. Tournées... C'est précisément en tournée, dans l'ennui des heures de camion, qu'Hervé commencera l'écriture de chansons. Pianiste, aujourd'hui, il compose beaucoup à la guitare, car "la guitare rend créatif", et elle permet de composer discrètement "quand tout le monde est couché". Il s'associe naturellement avec Mano pour enregistrer et pour se produire sur scène. Cet observateur attentif de ses semblables s'est mis à dessiner très tôt, pendant les cours qui, de l'école au lycée, ne le passionnaient pas forcément. Son style, il ne le doit à personne, n'étant pas un fou de BD. Voici le premier album de Koury "1er round", Douze chansons arrachées à la réalité + un poème de Mano, par Mano.
Texte : Sophie Makhno.
© Photo Robert Gil